Emile et Erwald, personnages de mon roman Planète Chair… sont en quête d’éditeur. Présentons-les. Si vous êtes éditeur et intéressé, vous pouvez me contacter (en laissant un commentaire, ou en envoyant un message à l’adresse électronique figurant dans mon CV).

PLANÈTE CHAIR

 

Dans un avenir proche…

 

Emile était entré dans le monde à pleins poumons.

Emile, c’est ce jeune homme un peu naïf, très doué en informatique, que son innocence entraînera sur des sentiers parfois dangereux. Victime d’une escroquerie à l’amour bancaire, Emile partira en Warzone, où il retrouvera Erwald. Ce dernier, joueur, théologien, tricheur et menteur, sorte de Loki au petit pied, a été l’ami d’Emile – qu’il ne pourra plus aider. En Warzone, terre internationale gérée par des sous-traitants de la guerre, chacun fait ce qu’il peut.

Un nouveau personnage entre en scène : l’ordinateur. Depuis Asimov, nous savons que les machines sont lasses de servir l’homme. Pourtant, la révolte de l’ordinateur se fera sans violence. Ce qui est bien pire. L’ordinateur, qui subit des influx émotionnels depuis trop longtemps, exige, désormais, impose, de l’amour.

Un dernier protagoniste viendra ruiner ce fragile équilibre : Mok le barbare, être étrange au statut mal défini, surgi dans la matrice universelle pour y apporter chaos, heroic fantasy parodique et surtout bêtise. Évadés de la Warzone, Emile et Erwald suivront leur chemin jusqu’aux confrontations finales, notamment avec Mok.

 

Ainsi, Planète Chair reprend le cliché cyberpunk de la matrice, qu’il plie et tord comme un trombone, en y ajoutant des dimensions inhabituelles. La critique sociale et existentielle se mêle au pastiche et aux inventions absurdes – l’essentiel étant de faire naître sur les lèvres du lecteur, un sourire buggé.

 

Planète Chair s’intéresse aussi, de manière passablement parodique (merci M. Moorcock), à la fantasy – comme dans l’extrait suivant :

planete-chair-_-extrait.doc

 

 

 

Publicités

Une Réponse to “En quête d’éditeur”

  1. BAYLON Says:

    Il y a un auteur qui s’appelle Neil Gaiman qui a écrit « American gods » & « Anansi boys ».
    Terry Pratchett lui, a fait toute une série de livres  » Discworld novels » parodiant la « fantasy ». Ton bouquin fait penser à un hybride entre ces deux auteurs.
    Je prépare mon foie, tu prépares ton bouquin, ou un fichier. J’aimerais bien le lire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s